dimanche 26 juin 2016

Vendredi 24 juin 2016




Vendredi 24 juin 2016
Brexit.
Je suis comme Valérie Pécresse qui avouait ce matin sa surprise sur une radio nationale : hier soir, après avoir lu les derniers sondages ainsi que, vers 23h30, quelques comptes-rendu en ligne, je me suis dit que c'était plié, que le camp du "oui" de l'autre côté de la Manche avait gagné. Le meurtre d'une député, l'éternelle veulerie des peuples, le matraquage qu'ont à subir ceux qui pensent mal, rien ne devait venir perturber le cours normal des choses.
Aussi quand ma belle entra ce matin dans ma pièce en criant "café !" puis, posant une tasse sur ma table de nuit me dit  : "les Anglais sont sortis" je cru un instant qu'elle me parlait de l'Euro (et rien d'autre) quand elle me parlait de l'Europe.
Depuis, tout au long de la journée, j'ai lu et entendu les commentaires des journalistes, des politiques éclairés. Pour eux, et je schématise à peine, c'est l'Angleterre des ploucs, des déclassés des "has been" qui a gagné. Quel mépris. L'un d'eux semblait regretter que la première puis la seconde n'aient qu'insuffisamment  éliminé cette engeance d'arriérés, de dégénérés mentaux, qui freine notre cheminement vers le paradis sur terre. Mais que n'entendent-ils les signaux qui partout dans la vieille Europe disent que c'est l'enfer qu'ils nous fabriquent depuis des décennies ? Comment peut-on être autiste à ce point ? D'autres, arguant que des gens qui ont une espérance de vie ne dépassant pas quinze ans n'ont pas à compromettre l'avenir de la jeunesse, rêvaient à voix haute d'une limite d'âge pour le droit de vote ; certains, sur le modèle du 3/5ème pour modifier la constitution, proposaient une barre à 60% pour valider un référendum, le mieux bien sûr étant de se passer de référendum.
Quoiqu'il en soit j'attends avec gourmandise la suite du scénario : que vont-ils imaginer pour rendre caduque le vote des Anglais de 2016  comme le nôtre de 2005 ?
Sarkosy ferait en la matière un excellent conseiller...
Le plus probable est que les Anglais vont se prendre une grosse fessée pour leur faire passer, ainsi qu'à ceux qui y songeraient ailleurs en Europe, le goût de l'indépendance et de la souveraineté.
Mais quand on a connu Le Blitz on ne craint plus rien.
A suivre....

Alexis Brézet sur le sujet.

3 commentaires:

  1. Moi aussi j'ai ressenti ce mépris, le peuple, faut pas lui demander son avis, sinon il le donne, je pense qu'un coup foireux se prépare , ils ont trop peur de perdre leur fric, leurs positions pour laisser passer , les anglais devront être vigilants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait entre ceux qui sont bien embarrassés par leur victoire et ne savent qu'en faire au point qu'ils ne vont pas tarder à se ridiculiser avant de rejoindre les oubliettes de l'histoire, ceux qui disent désormais qu'il est urgent d'attendre, les Britanniques eux-mêmes qui semblent dépassés par leur vote, affirment ce matin qu'on les aurait trompés, pour toutes ces raisons je crois bien que ce référendum ne va pas tarder à faire "pschitt".

      Supprimer
  2. https://www.youtube.com/watch?v=BUh2OgDY4VY
    ..

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.