lundi 29 août 2016

Le droit des autres


Et si tu laisses se multiplier les cafards, me dit mon père, alors naissent les droits des cafards. Lesquels sont évidents. Et il naîtra des chantres pour te les célébrer.
Antoine de Saint-Exupéry - Citadelle


Aux naïfs qui pensent encore que la déclaration des droits de l'homme était prioritairement une protection des citoyens Français contre les abus d'une monarchie tyrannique.

C’est ainsi, note-t-il, que « la très vertueuse religion séculière des droits de l’homme trace aux Européens le devoir de disparaître en souriant pour faire place à d’autres peuples et d’autres civilisations ». Au nom des droits de l’homme, ils deviennent des hommes sans droits, qui n’ont plus que celui de s’effacer en silence. Dans le silence étourdissant produit par « la léthargie des Européens qui semblent consentir à leur propre disparition », comme s’en étonnait Pierre Manent dans le Spectacle du monde en 2010

Source.

5 commentaires:

  1. On peut aussi se demander pourquoi et dans l'intérêt de qui ils ont ainsi été détournés, instrumentalisés et ridiculisés.

    RépondreSupprimer
  2. Ces droit qu'on leur donne, on les abandonne.

    RépondreSupprimer
  3. Qui, on? Et de quels droits parlez vous?

    RépondreSupprimer
  4. La génération qui nous suit aura fort à faire,rattraper ce que nous n'avons pas su voir à temps; quand je dis " nous " je ne parle pas des vieux réacs comme nous, mais des ravis de la crèche de notre entourage et de notre génération

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.