mardi 27 septembre 2016

Et pourquoi elle se retrouve à la rue j'ai pas compris

On est dans une démocratie ou autre chose ?


[...]
- Et pourquoi elle se retrouve à la rue j'ai pas compris ?
- Elle se retrouve à la rue parce qu'elle était dans un logement social et malheureusement il faut qu'elle le quitte.
- on l'évacue...d'accord...
Les choeurs :
- mais ça n'a pas de rapport avec les migrants !

Ben si quand même :
Une enfant du pays demain ne saura plus où dormir, quand subitement il y a tant de places et d'argent pour loger des gens qui, sur leur chemin de détresse, auraient pu trouver refuge, compréhension et soulagement, dans des pays frères en mœurs et religion comme l'Algérie, le Maroc, enfin toutes ces régions du monde qui sont désespérément mahométanes et qui pourtant ne semblent pas pressées de prendre leur part du fardeau, essentiellement masculine au passage, tandis que nous, depuis des décennies, nous laissons nos portes grandes ouvertes* désormais jusque dans nos chères campagnes. Campagnes qui étaient nos ultimes refuges pour fuir cette diversité qui, non, ne nous fait pas peur mais que nous n'avons pas forcément envie de côtoyer tous les jours, dont l'enrichissement ne nous paraît pas si évident à force d'expérience ; des campagnes où des gens des plus estimables vivaient jusqu'à ce jour en se croyant à l'abri des lâchetés et des renoncements de leurs représentants.
Non pas des pauvres contre des pauvres Monsieur Doménach ! Des Français qui veulent encore vivre en paix chez eux ! C'est trop demander ? Notre dernière liberté est encore de trop pour vous ?
Ces campagnes qui sont nos lieux de ressourcement, là où nous allons chercher la trace de nos ancêtres, respirer l'air qu'ils respiraient, nous relier à eux au travers des temps. Respirer...respirer... On nous enlève même ça ! On nous étouffe dans nos plus intimes retranchements ! On sème les germes de la discorde et de la décivilisation dans tous les lieux miraculeusement épargnés ! Un seul mot d'ordre : destruction systématique !
Et pour la dame du pays, comme pour tant d'autres qui n'ont pas démérité mais qui n'ont pas la chance de venir d'ailleurs, qui vivent la trahison et l'abandon au quotidien, il n'y a rien : demain elle dormira dehors.
Moi non plus je n'ai pas compris ; je ne comprends pas et ne me résoudrai jamais à comprendre.

*200000 arrivées tous les ans quand même.

1 commentaire:

  1. C'est vrai, ça! Pourquoi ces gens ne vont-ils pas en Arabie saoudite où on est musulman et où il y a du pognon à ne plus savoir qu'en faire?

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.