jeudi 8 septembre 2016

Une certaine idée de la France

                                       Guimauve le Conquérant au Vietnam 

« La France, c’est une idée, bien plus qu’une identité »
François Hollande le 06/09/16.

Moi je veux bien mais faudrait développer l'idée. 
Il veut dire quoi au juste l'ectoplasme qui nous sert de président ? Que d'identité nous n'aurions pas ?
Derrière la marionnette qui prononce ces mots au Vietnam ces jours-ci, je devine les ventriloques, toujours les mêmes depuis 35 ans, depuis ce fameux malentendu de mai 81. Les mêmes conseillers, inamovibles, grassement rémunérés, tiques de la République (inutile de les nommer, chacun les aura reconnus) des princes qui se sont succédé dès lors, de gauche comme de droite. Les mêmes conseillers murmurant dans des têtes creuses qui se sont rêvé un jour un destin national tout en rejetant le national, recevant béatement ces idées fallacieuses qui ont engagé tout un peuple vers une identité malheureuse, abimée, rejetée, niée. Des hommes vides et sans vision, sans idée justement, sans passion autre que celle de leur nombril. Vous êtes l'un, Monsieur Hollande, de cette dispensable cohorte que nous subissons depuis trop longtemps, jusqu'à l'overdose.
Identité mouvante, changeante, flottante, indéterminée... la France est un hôtel voire un aéroport... une chambre de bonne à Barbès-Rochechouart ou une suite au Plaza-Athénée, une idée rien d'autre...
Qui à part vous pour reprendre à son compte ces inepties ? Plus personne !
Mais laisser moi vous dire Monsieur Hollande que si c'est cela l'idée que vous avez de mon pays, je crois qu'il est grand temps pour nous de changer de gouvernante.
En revanche je le devine, il est trop tard, bien trop tard pour vous, de changer de conseillers ; le peuple souverain lui, a hâte de changer son personnel. 
Non...laissez les draps... votre successeur s'en chargera. 

2 commentaires:

  1. Bravo !

    Une idée ? Pourquoi pas une fiction ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fiction ? Il ne doit pas être loin de le penser.
      Mais il n'a pas encore osé le dire aussi nettement. D'autres que lui ne se gênent pas pour l'affirmer.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.