jeudi 8 septembre 2016

Une société flottante


Bon... c'est un peu du réchauffé : mai/juin 2016, pas vraiment périmé . Les éditos d'Alain de Benoist, dans sa revue "Eléments", se conservent assez bien de toute façon. Je l'ai encore constaté cet été quand, ouvrant son recueil qui commence en 1973, "Cartouches", j'ai eu l'impression de me retrouver dans un jour sans fin tant ce qui m'était donné à lire était d'une actualité criante, comme stabilisée, figée depuis la nuit des temps, avec toujours les mêmes problèmes et leurs réponses introuvables, ces éternels questionnements quand les solutions parfois semblent si évidentes, si simples, trop simplistes sans doute, que l'on enrage de passer à côté d'année en année. Du coup je dois l'avouer j'ai refermé le livre : j'en connaissais tout le déroulement, sa suite logique, sa chute interminable ; l'intrigue pour moi n'en était pas une. Je pense même sans prétention que je pourrais en écrire la suite, comme d'autres après lui le feront sans vergogne.
Tout changer pour que rien ne change dit-on.
Si seulement c'était vrai. Mais demain ?

Enfin voici l'édito en question :








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.