samedi 15 octobre 2016

De la houille aux gaz de schiste




Ce livre est décidément une mine, c'est le cas de le dire. Nous connaissons bien les différentes tentatives de groupes pétroliers pour explorer et éventuellement exploiter les ressources en huiles et gaz de schiste de la région de Montélimar comme nous connaissons les permis accordés à de grandes banques ou compagnies pétrolières à l'instar de ceux que signa Jean Louis Borloo* ( dont celui dit "permis de Villeneuve de Berg" ) qui tous reçurent une farouche opposition des populations concernées.
Mais qu'en était-il au début du 19ème siècle (1822) ?
Voici ce qu'en dit le Docteur Francus dans son livre "Voyage dans le midi de l'Ardèche" :

Il y a trois concessions de houille en exploitation dans la commune de Banne (outre une concession de minerai de fer non exploitée).
La première de ces trois concessions houillères, en date du 16 juillet 1822, donnée sous le nom de Pigère-et-Mazel à MM. Bayle, Garilhe et Thomas, de Banne, d'une superficie de cent quatorze hectares, fut rétrocédée plus tard à MM. Bergeron, Rivière de Larque, et Colomb frères. En 1836 elle reçut une extension de soixante six hectares. [...] (Suit une liste d'autres noms de propriétaires de concessions).
La compagnie houillère de Banne a extrait, en 1882, à elle seule, vingt deux mille tonnes de houille. La compagnie de Montgros, qui en avait extrait jusqu'à ce jour quelques milliers par an, a cessé son exploitation jusqu'à nouvel ordre. [...] (Suivent des considérations géologiques.)
En 1877, la compagnie de Montgros a commencé les travaux du puits St-Maxime et, à quelque distance de là, une galerie de St-Joseph. On a récemment découvert, au puits St-Maxime, un filet de houille grasse de vingt-cinq centimètres d'épaisseur qui paraît un indice assuré de la proximité des grandes couches houillères. La compagnie de Montgros a néanmoins suspendu, depuis, ses travaux de sondage. (...)


On le voit donc, si les huiles et autres gaz de schiste ont pour certains un avenir, ils ont aussi un passé.

*Alors "ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement et l'aménagement durable", ça ne s'invente pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.