mercredi 19 octobre 2016

Paris-Bombay


           
                     Deux vieux et un jeune quelque part en Ouzbékistan trinquant à la vodka dans de petits bols.

Voila. Il est reparti notre pigeon voyageur. Après un premier périple avorté qui devait duré deux ans et qui l'aura mené jusqu'à la route de la soie en Ouzbékistan, le voici en route pour l'Inde avec escale à Istanbul. Au moment où je tape ces mots je peux suivre sur ce site en temps réel la trajectoire de son vol. Arrivée prévue de cette première étape à 19 heures* environ puis correspondance pour Bombay.
J'ai beau savoir que cette fois-ci il a en poche son billet de retour, qu'il prendra soin d'éviter les régions frontalières à problèmes, là ou l'Isl... où des populations... enfin bref vous m'avez compris, qu'il ira plutôt vers le sud, le Kerala  et Pondichéry, j'avoue ne pas être tranquille. Certes, la secte des adorateurs de Kâlî (les Thugs) qui offraient à leur idole des sacrifices humains avec une préférence pour les voyageurs étrangers, a, dit-on, été éradiquée à la fin du dix-neuvième siècle mais qui sait vraiment...
Toujours est-il qu'il n'est pas né celui qui le fera s’asseoir derrière un bureau en lui disant "on se revoie dans quarante ans pour calculer votre retraite". Il a pour lui l'idée d'un bureau plus vaste, infiniment plus vaste.
Alors va mon fils, et que Mercure te protège.

*Heure locale apparemment.



7 commentaires:

  1. Que Dieu et Saint Christophe protège ce jeune voyageur , mon fils était comme lui, pendant 8 années il a parcouru le monde, dans tous les sens, avec son métier de cuisinier au Club Med, j'ai eu des sueurs froides parfois mais le bonheur de chaque retour , ça fera un homme qui tient debout , comme le mien

    RépondreSupprimer
  2. ça fera un homme qui tient debout , comme le mien

    Vous avez mille fois raison Boutfil.

    RépondreSupprimer
  3. Moi, c'est mon frère qui, depuis environ trente ans, est toujours par monts et par vaux, si bien qu'on ne sait jamais très bien sur quel continent il se trouve.

    En revanche, pardon de le dire, mais je ne vois pas bien en quoi le fait de sillonner la planète produirait automatiquement des hommes "qui tiennent debout".

    RépondreSupprimer
  4. J'imagine que Boutfil veut dire que les voyages donnent une ossature plus robuste aux hommes, les arment pour la vie, les déniaisent.
    Vous savez bien : l'ouverture aux autres, la tolérance, la largesse d'esprit ; tout ça quoi.

    RépondreSupprimer
  5. En résumé je crois qu'un homme qui a voyagé est forcément moins con. Partir même, c'est être moins con.
    Du moins c'est comme ça que je vois les choses.
    Demandez à votre frère ce qu'il en pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, bon, précisez quand même de quels genre de voyage vous parlez, parce que les voyages à la club med pour anciens prolos et les longues journées sur les plages de Tunisie à se faire crâmer la peau, hein...

      Supprimer
    2. Pour ce qui est du frère de DG je n'en sais rien, mais s'agissant de mon fils je peux affirmer qu'il est à l'opposé de ce que vous décrivez.
      C'est même un peu ce qui nous effraie parfois.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.