mardi 22 novembre 2016

François Fillon a un problème





Oui, le triomphant du premier tour des primaires, j'avoue que ça m'avait échappé, a un problème :
Il est catholique.
En temps que tel il a une certaine vision de la vie, de la famille, pense qu'il n'est pas naturel de se débarrasser d'un intrus vivant comme on le fait d'un autre besoin. Alors on lui tombe dessus dans les blogs comme dans les grands journaux perfusés.
Deux ou trois choses : depuis quand, dans ce pays qui fut la fille aînée de l'Eglise, être catholique devient un problème pour prétendre à la magistrature suprême ? Dirait-on la même chose d'un juif, d'un protestant ou d'un musulman ?  Mouchard l'oserait-il ?
Depuis quand, outre qu'il n'a jamais dit vouloir revenir sur ce droit à l'avortement, faudrait-il s'habituer à considérer cette possibilité offerte aux femmes, aux amoureux légers (dont je fus), comme un élément de l'identité heureuse ? Le fébrile Juppé, qui doit aujourd'hui regretter de ne pas avoir choisi de participer aux primaires socialistes où il avait toutes ses chances, peut-il nous affirmer droit dans les yeux et dans ses bottes que préférer la vie discrédite son adversaire, que c'est bien là le bon angle d'attaque contre François Fillon ?
Moi ça me le rendrait plutôt sympathique.
Mais Juppé avait une occasion de nous apparaître lui aussi sympathique : en reconnaissant sa défaite, en appelant au rassemblement autour de François Fillon.
Occasion ratée.
Dimanche il saura avec qui ruminer sa déroute.

14 commentaires:

  1. ça m'énerve ça !! on croirait qu'être catholique est la pire des choses ! je ne me rappelle pas que l'on ai demandé à Hollande s'il était catholique avant son élection, dans ce cas, il est d'extrême droite et une grande partie de son gouvernement aussi, ce qui est embêtant pour des gens de gauche et Mouchard il est quoi ? on s'en fou de la religion des gens, si Juppé compte la dessus pour être élu il se trompe de combat,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec 15 points de retard Juppé va faire feu de tout bois.
      Et perdre son calme légendaire.
      C'est tout bénef pour son adversaire.

      Supprimer
    2. F.H a fait une partie de ses classes à Saint Jean-baptiste de la Salle à Rouen, le lycée le plus chic et le plus cher de la ville.

      Supprimer
  2. Ruth Elkrief, la mégère, dès qu'elle le peut, trouve spirituel de dire Fion. Ce n'est pas un lapsus, c'est tous les jours. Et hier soir elle en a rajouté une couche : "J'interviewerai Fion à Lillon (Lyon)" afin que nul n'en ignore, de son trait d'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois dire pour sa défense qu'en le prononçant un peu vite ça donne bien Fion, malheureusement pour lui...

      Supprimer
    2. Peut-être Fredi, pour nous autres. Mais des gens de radio, recrutés entre autres sur leur bonne diction, savent articuler et ne pas confonde bio et billot. Par exemple. Ou alors, leur patron doit les envoyer chez l'orthophoniste.
      Il fut un temps où la mode était à la confusion an/on. Jusqu'au jour où on entendit parler des cons de migrants. La mode leur a passé. Immédiatement.

      Supprimer
    3. Les gens de radio sont de plus en plus des gens comme nous.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. On ne lui reproche pas précisément d'avoir été baptisé ni d'aller à la messe, mais de considérer dans son for intérieur que l'avortement n'est pas un droit fondamental, même s'il a écrit le contraire. (J'en parle dans mon blogue.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean-Frédéric Poisson, avec toute l'estime qu'il mérite, était un candidat de dispersion.
      (Je reviens de votre blog).

      Supprimer
    2. ...et donc Fillon un candidat de synthèse.

      Supprimer
  5. Oui tout-à-fait. (Merci de cette petite visite, ça fait chaud au cœur !) Un produit de synthèse, avec un positionnement marketing efficace.

    RépondreSupprimer
  6. Il semble bien que ce qui est reproché à Fillon n'est pas vraiment de vouloir supprimer la loi Veil, ce qu'il n'a jamais dit qu'il ferait, mais bien d'être contre l'avortement en son for intérieur. C'est formidable quand on y réfléchit, parce que la position de Fillon suit précisément ce que la doxa nous a habitué à comprendre qu'est la laïcité: je crois ce que je veux chez moi, et je n'en déduit pas des projets de loi politique. En fait, on découvre que ce doublage du croyant leur déplaît, ou peut-être qu'ils le pensent intenable. Evidemment, ils se contenteraient de cela s'il s'agissait d'un musulman, et n'oseraient pas y regarder de plus près s'il s'agissait d'un juif. Il faut donc comprendre, j'imagine que leur laïcité n'est en danger que lorsque c'est un chrétien qui la vit...
    Et encore, là n'est peut-être pas le plus fort, mais bien cette idée que l'avortement est indiscutable, c'est à dire qu'il doit être tenu que c'est un bien. Penser l'inverse, que l'on soit chrétien ou non, revient donc à s'opposer à la religion officielle.
    Tout se recoupe: c'est parce que la doctrine des "droits fondamentaux" de l'homme, de la femme, des migrants, des homos, etc est de l'ordre du sacré qu'elle doit s'accomplir dans la cité et dans les coeurs.
    Au train où vont les choses, le temps des catacombes n'est pas loin pour les impies de notre espèce. Et ce ne sera pas faute de s'être soumis aux injonctions du laïcisme, mais bien en raison de ce que le laïcisme type Révolution Française et Troisième République est.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est formidable quand on y réfléchit, parce que la position de Fillon suit précisément ce que la doxa nous a habitué à comprendre qu'est la laïcité: je crois ce que je veux chez moi, et je n'en déduit pas des projets de loi politique.

      C'est exactement ça.
      Mais c'est encore trop pour nos progressistes.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.