jeudi 24 novembre 2016

La vengeance est un plat qui se mange froid




Cette primaire de droite a un goût étrange de revanche tardive que je n'avais pas mesuré mais qui n'est pas pour me déplaire. C'est la réflexion que je me faisais hier soir en regardant un débat sur LCP.

François Hollande au soir de son élection enterra très vite et bien profond son discours du Bourget, oublia qu'il avait promis de ferrailler contre son ennemi désigné, la finance, pour ouvrir un vaste et indispensable chantier : le mariage pour tous. Pour les progressistes grisés par la victoire, il était urgent d'améliorer le PACS jugé très insuffisant et bien imparfait puisqu'il ne donnait pas les mêmes droits qu'aux couples hétéros comme le désormais sinistre "droit à l'enfant". Alors, tandis que le chômage galopait, on s'enferma des semaines, des mois durant, dans des commissions ; sénateurs, députés, usèrent de leur précieux temps à débattre de ce qui, tout le monde en convenait, était un merveilleux projet de civilisation. On ne sait pas ce qu'en pensait vraiment FH de ce projet de civilisation, ce que l'on sait c'est qu'il réussi, comme au bon temps de l'école libre, à mettre des millions de gens dans la rue. Sentant bien qu'il venait de contrarier la France qu'il voulait apaisée, il fit un geste vers ce mouvement qui venait de naître spontanément : LMPT. Il promis que la loi inclurait une clause de droit de conscience pour les maires ne souhaitant pas célébrer de tels mariages. Tollé du camp progressiste : la loi c'est la loi et c'est la même pour tous ! Piteux FH remisa bien vite sa proposition qui se voulait conciliante. Le projet de loi, qui n'avait été demandé par personne sauf peut-être l’extrême minorité de la minorité homosexuelle, fut adopté et la Manif pour Tous, gazée, humiliée, méprisée, rentra dans ses foyers.
C'est cette Manif pour Tous qui depuis dimanche dernier tient sa revanche dans les urnes. On dit aux électeurs de F. Fillon :
- Attention...attention ! Ils vont mettre en place une politique dure, ultralibérale !
Un écho lointain, une clameur assourdie, répondent :
- un enfant c'est un papa et une maman !!!
-...supprimer dix millions de fonctionnaires !
-...un papa et une maman !!!
...65 puis très vite 67 ans !!!
...une maman !!!
Voila.
On ne dira jamais assez ce que la probable victoire de François Fillon doit aux premiers jours du quinquennat de François Hollande.

2 commentaires:

  1. D'accord avec vous mais le slogan de la Manif pour tous aurait dû être "un père et une mère" et non pas "un papa et une maman", ce n'est pas du tout la même chose.

    Drogo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, si vous voulez, ça coûte pas cher.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.