jeudi 17 novembre 2016

Le beaujolais nouveau



Moi, vous me connaissez, je ne suis pas du genre à snober les bonnes choses au prétexte que l'on aurait dit d'elles les pires infamies, les plus injustes ragots. Il en va ainsi du beaujolais nouveau. Je n'ai jamais su deviner derrière sa robe légère le goût de banane ou de cerise qu'on lui prête, mais il a toujours été pour moi, à condition d'avoir été intelligemment choisi, un vin joyeux, un vin de fête. Si le troisième jeudi de novembre est de tradition récente, une opération marketing bien menée, je trouve qu'en matière de célébration on a imaginé pire et moins souriant.
Le beaujolais nouveau est un vin franc, fruité, un soleil d'automne qui réchauffe les cœurs, nous invite à une ivresse de camaraderie.
Si vous avez peur de vous tromper, si aucun caviste digne de ce nom ne se trouve dans votre périmètre vital, rabattez-vous chez Nicolas et emportez avec vous sans hésitation sa cuvée non filtrée.
Et revenez m'en dire des nouvelles.
Merde aux pisse-froid et vive le beaujolais nouveau !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.