lundi 21 novembre 2016

Le futur président





Si je choisis "Fillon", l’outsider désormais bien placé, je participerai peut-être à l'éviction d'un ou deux (qui sait) favoris proclamés. Ce n'est pas rien. 

Mézigue dans le billet qui précède.

Et bien voilà : c'est fait. Et au-delà des espérances. Que Sarkozy finisse troisième avec un score aussi ridicule est assez réjouissant je trouve. S'il n'avait pas bien compris en 2012, cette fois-ci il semble avoir saisi l'ampleur du rejet qu'il suscite après un quinquennat passé à se foutre de notre gueule. Le vieux sang pourri des Français a parlé, et il a parlé fort. L'autre énorme surprise mais qui n'en est pas une pour qui s'est payé les files d'attente dans les trop rares bureaux de vote, c'est l'éclatement de la bulle médiatique "Juppé". On voit mal comment ce dernier pourrait rattraper son retard tant il est vrai que l'on imagine pas l'électeur sarkozyste aller voter pour lui. Le deuxième tour ne devrait être pour Fillon qu'une formalité. Et donc, en toute logique, nous avons ce soir le nom du futur président.
Mais il ne faudrait pas que Fillon se méprenne : cette primaire fut encore une machine à éliminer, à déjouer les pronostics. S'il devait rester sur une ligne dure (39 heures payées 37, retraite à 65 puis 67 ans) il jettera dans la rue des millions de Français. Sa marge de manœuvre se situera ailleurs à mon avis : en finir avec le politiquement correct, les accommodements raisonnables de la gauche comme ceux que nous promettait aussi A. Juppé avec son identité heureuse, tarir l'immigration légale et illégale.  En soit c'est déjà un vaste chantier.
Bon vent à lui !

10 commentaires:

  1. Je me demande si vous n'allez pas un peu vite en besogne : la mésaventure Juppé (sacré lui aussi président avant même le premier tour des primaires) devrait pourtant inciter à la prudence…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que pour lui tous les voyants sont au vert et que je ne vois pas très bien qui pourrait l'arrêter. Il est comme un joueur de rugby qui, s'étant emparé du ballon, ne le lâche plus, distance tous ses poursuivants et va marquer le point victorieux entre les deux poteaux. C'est pourquoi je fais le pari que le prochain c'est lui.
      D'ailleurs si j'avais été "le meilleur d'entre nous", j'aurais renoncé au second tour qui risque de se solder pour lui par une totale humiliation.

      Supprimer
    2. D'accord quant à Juppé. dont j'ai trouvé très drôle (et un peu pitoyable) qu'il annonce son maintien, et donc la compétition, la rivalité, en disant que le "le moment est venu de rassembler".

      Supprimer
    3. Il n'a pas compris que le rassemblement s'était déjà produit. Il comprendra dimanche prochain.

      Supprimer
  2. Une page est tournée : celle de la posture.
    La page Juppé et son identité heureuse, dont chacun aura compris que c'est l'autre nom du vivre-ensemble.
    La page des "réformes sociétales", l'autre nom de l'influence des lobbies et de la frivolité bobo.
    La page de la lutte contre les inégalités, l'autre nom de la jalousie sociale.

    Fillon recentre sur l'essentiel : un pays en faillite doit s'attendre à de la sueur et à des larmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop de sang et pas trop de larmes j'espère !
      Sinon oui, comme vous je pense qu'une (longue) page se tourne.

      Supprimer
  3. C'est bien, par contre je crains que dimanche la gauche se manifeste en allant voter Juppé qu'ils veulent absolument faire passer, il va falloir être vigilants, une primaire ouverte était une erreur mais bon, ne vendons pas la peau de l'ours non plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non pourquoi viendraient-ils ? Sarko n'est plus là !
      Et puis quand même : re-signer la charte, re-payer deux euros, quand on est électeur de gauche n'est-ce pas un peu du masochisme quand on voit les deux finalistes ?

      Supprimer
  4. Et les cocus sont ...:
    http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/600-000-cocus/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le dis à Boutfil au-dessus, je crois qu'ils seront moins nombreux dimanche prochain.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.