mercredi 14 décembre 2016

La Syrie



Aucun d'entre nous n'est en Syrie sous les bombes depuis cinq ans. Tout absorbés et incrédules devant nos propres décombres nous sommes ici un peu myopes voire indifférents à ce qui ce passe à Alep et dans le reste de ce pays jadis souverain.
Personne ne peut donc dire quelle est la part de propagande des parties en présence.
Instinctivement, l'instinct étant la seule chose à ma disposition (comme à vous, restons humbles), je pense que ce reportage ci-après dit une part de vérité que nous n'entendrons nulle part ailleurs et certainement pas sur F2 : Poutine vole au secours d'un régime certes corrompu et assassin (tout le monde sait ça), mais qui aime et défend la musique et les femmes libres. Notre conception idéalisée de la république laïque en somme, que nous abandonnons avec tant de désinvolture chez nous, que beaucoup appréciaient là-bas surtout les minorités religieuses. 
Nous qui n'avons plus que la corruption habituelle et quotidienne à nous mettre sous la dent, habitués, gavés depuis longtemps aux sermons vains, aux mensonges d'état, devrions verser des larmes de crocodile sur un conflit dans lequel nous n'avons pas prise et dont nous ne sommes en aucun cas responsables (excepté nos élites politiques qui ont encore tout faux...) , dont il serait moins hypocrite d'avouer que tout le monde s'en tape.

Mourir pour Alep ?
Que ceux qui ont allumé le feu prennent les armes les premiers !
Mais contre le terrorisme islamique, Daech ou Al-Quaida, Al-Nosra pour les intimes, comme pour Stalingrad autrefois, il nous faudra bien un jour remercier la Russie.
Reste aussi que si j'étais une femme syrienne d'aujourd'hui je prierais pour la victoire de Bachar.
Et comme islamophobe convaincu pour la victoire de Poutine.
Comme ça, à l'instinct.

2 commentaires:

  1. Je partage le même sentiment. Comme ça à l'instinct. Et puis elles sont jolies, ces syriennes; ce serait vraiment dommage de leur mettre un voile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolies les syriennes !
      Tout comme les iraniennes d'ailleurs. (J'ai eu jadis la chance d'en fréquenter une qui m'a laissé des souvenirs inoubliables.)

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.