jeudi 22 décembre 2016

solstice d'hiver




A peine éclatée la bulle Juppé voici que les sondeurs nous refont le coup avec une autre bulle : la bulle Macron. Ils ont décidé de nous prendre pour des cons jusqu'au bout ?

Benoist Apparu, après avoir misé sur le mauvais cheval, rescapé de la déroute de son candidat aux primaires de la droite ayant rejoint très opportunément une équipe plus à même de satisfaire ses ambitions, vient de déclarer comme un vulgaire Vincent Peillon* d'obédience socialiste que "le lien entre attentats et politique migratoire n'a jamais été établi"; Vincent Peillon qui quant à lui, reprenant ses antiennes préférées, a déclaré en avoir « assez qu’on nous parle toujours d’identité nationale et de religion »
petit a : François Fillon devrait se méfier de ses nouvelles recrues : c'est avec ce genre de déclaration que l'on se retrouve tout surpris d'être éliminé au premier tour. Si Benoist Apparu se sent mal à l'aise dans sa nouvelle écurie il faudra lui conseiller de rejoindre, le plus rapidement serait le mieux, l'équipe de Vincent Peillon dont il semble partager bien des idées. Ce faisant, cette petite chose arriviste et prétentieuse (pour ne pas dire autre chose) rendrait service à tous.
petit b : Vincent Peillon, vieille baderne socialiste qui vend aux Français des chimères depuis longtemps, n'a rien compris à son époque**. Comment quelqu'un qui ne saisit pas l'air du temps peut-il prétendre à la magistrature suprême ? Du balai !

Robert Ménard, comme Zemmour avant lui, se fait traîner devant les tribunaux, poursuivi par les associations antiracistes Licra et Mrap pour avoir déclaré « dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Evidemment que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance (…) » Dans ce grand pays de libertés qu'est la France, il est interdit de dire ce que tout le monde voit. On étouffe !!! Le devoir impératif de tout nouveau gouvernement sera de nous débarrasser une bonne fois pour toute de ces associations malveillantes, ces ligues factueuses qui garrottent la liberté d'expression, œuvrent contre la France ; au minimum il conviendra de leur couper les vivres. En attendant espérons que les plaignants se verront entendre dire comme dans le verdict du jugement de la crèche de Beaucaire (LDH versus Julien Sanchez) « S’il y a trouble, il vient du fait que la mairie est traînée devant la justice et non à cause de la crèche » ou, dans ce cas précis, vous commencez à nous les briser menu ; veuillez ne plus encombrer les tribunaux pour de fallacieuses raisons.

Une bonne nouvelle enfin : nous sommes le 22 décembre et depuis hier soir minuit les jours rallongent.

*M. Peillon, député européen, a critiqué l’argument « fallacieux » de l’extrême droite qui lie immigration et terrorisme et réclame la restauration des frontières nationales.

**Il faut atteindre un niveau de déconnexion stratosphérique pour se porter candidat à la présidence de la République et oublier que si nous sommes en état d’urgence c’est que nous sommes attaqués, que le sang a coulé sur notre sol, que plus de 230 des nôtres sont morts, que nous nous préparons à affronter d’autres meurtrissures. Il faut être particulièrement loin des préoccupations de nos concitoyens pour ne pas comprendre qu’ils n’ont rien contre les musulmans mais n’acceptent plus que l’on impose des règles  d’un autre siècle et d’une autre culture sur notre sol, à quelques kilomètres de la Tour Eiffel. Il faut être particulièrement aveugle pour ne pas voir qu’un nouveau totalitarisme se lève et qu’il est nourri par une idéologie islamiste que répandent dans certains quartiers frères musulmans et salafistes.

Dans un tel contexte, Vincent Peillon n’a pas eu un mot pour les victimes des djihadistes, encore moins pour celles du fondamentalisme islamiste, pas un mot pour les femmes interdites de café et chassées de l’espace public, tant il était occupé à entonner l’air du « padamalgame »

Source.

2 commentaires:

  1. qu'en voilà un juge qu'il est bien pour Beaucaire ! c'est vrai qu'ils nous les cassent menus menus ces laiticards, mais plus ils en font meilleur c'est , les gens comprennent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire ils étaient moins choqués par les prières de rue "qui n'existaient pas" !

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.