mardi 14 février 2017

Le jeu du cadavre exquis



Ce sont deux commentaires laissés sous le dernier billet de Didier Goux qui, par association d'idées fort judicieuse (du moins il m'a semblé), m'ont remis en tête une vieille chanson de Serge Gainsbourg "Le cadavre exquis" :

Si l'on jouait au jeu du cadavre exquis
Histoire d'nous passer un peu notre ennui
Tu écris un mot n'importe quoi
Et moi j'en inscris un autre après toi

Et puis, partant pour mon labeur avec cette scie dans la tête, je me rendis compte que si comme beaucoup je connaissais ce jeu, j'en ignorais les origines. Plus tard, en quelques clics, mon ignorance fut comblée.
Ce sont les surréalistes qui vers 1925, imaginèrent dans un probable moment d'ennui en effet (pensez : les blogs n'existaient pas...), ce petit jeu fort sympathique, bien innocent. Mais les règles en sont un peu plus strictes que celles données par le beau Serge dans sa chanson. En effet il ne s'agit pas d'écrire n'importe quoi (ce qui n'aurait pas beaucoup de sens dans un jeu dont le résultat final en a déjà si peu) mais bien de construire une phrase en respectant ses règles :
Sujet - éventuellement adjectif - verbe - complément (ou prédicat comme dirait Najat).
Sauf, est-il besoin de le rappeler, que les joueurs ignorent ce qu'a écrit le précédent. A l'aveugle donc.
Dans la chanson de Gainsbourg ça donne, par exemple ça :

L'humour noir vient d'Afrique
Exemple Amin DiDi

La première phrase que les surréalistes auraient trouvé était celle-ci :

Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau 

Les deux premiers mots donnèrent leur nom au nouveau jeu (à défaut d'un Beaujolais nouveau), jeu auquel, honte sur moi, j'ai souvent joué en ignorant tout ça.

Voila. C'était ma minute "le saviez-vous", vous.



2 commentaires:

  1. ben voilà, faut en apprendre tous les jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais tout de même : je m'en veux un peu...

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.