samedi 25 février 2017

Tracts




On se demande souvent à quoi peut bien servir notre presse lourdement subventionnée que plus personne ne lit, tous ces magazines qui repartent à la broyeuse, paquets d'invendus, la semaine écoulée. En fait elle en a encore une de fonction ou, plus précisément, sa première page de couverture en a une : celle d'un tract que vous apercevrez 1000 fois dans la journée en passant devant votre libraire, le kiosque à journaux, le panneau publicitaire, les transports, sans même que l'on ait eu besoin de vous le tendre de la main.

LE PARTI DE LA FAILLITE  (Le Point cette semaine)

Personne ou presque ne lira "Le Point" mais Dudulle à la machine à café aura présent à l'esprit le titre et la photo du magazine. Ce qui l'autorisera à proclamer péremptoire "si elle arrive au pouvoir ce sera la faillite" !  Et n'essayez pas de lui suggérer que la faillite nous la vivons déjà, que les responsables sont encore au pouvoir : le message s'est ancré dans la tête à Dudulle comme une moule s'est accrochée à son rocher et il faudrait un pied de biche pour l'en arracher.

La semaine suivante on recommence:

AVEC ELLE CE SERAIT LA GUERRE CIVILE

Vous devinez ce qu'en dira l'infatué Dudulle à la machine à café...
Que les banlieues soient déjà dans un quasi état de guerre civile ne troublera pas un instant l'inébranlable Dudulle...

En troisième semaine alors, pour relâcher un peu la pression, vous titrez ingénument avec une photo avantageuse de Macron :

ET SI C’ÉTAIT LUI ?

L'exemplaire connaîtra le même sort que les autres, un peu moins peut-être car Madame Michu, énamourée, collectionne les photos de Macron qu'elle découpe dès qu'elle en a  l'occasion.

Alors vous me ferez remarquer que ce sont là des tracts qui coûtent fort cher, ce à quoi je vous répondrais que l'on s'en fout vu que c'est nous qui les payons.


4 commentaires:

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.