samedi 4 mars 2017

Au Trocadéro




Monsieur Fillon :
Demain sur le Trocadéro on nous annonce du vent, de la pluie, et bien des désertions.
Beaucoup se gausseront des chaises vides, feront la comparaison.
N'oubliez jamais qu'un Trocadéro plein ne fait pas forcément la victoire, que d'autres par le passé s'y s'ont bercé d'illusions.
Tous ceux qui demain ne seront pas là, comme moi et je le regrette, seront malgré tout avec vous. Comme vous ils se moquent par avance des comptes-rendus télévisés, des images sans lendemain, ne retiendront que ce combat que vous menez contre cette mise à mort programmée.
Tenez bon !

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Entendu hier un journaliste qui parlait de le "débrancher" demain...

      Supprimer
  2. J'espère que je vais y aller,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça ne vous fera même pas traverser la Seine ! :)

      Supprimer
  3. Infos de ce lundi matin, affolement de la gauche qui mange son chapeau et tente encore sans conviction de fourguer Juppé qui va se reprendre une déculottée au profit de Macron et Le Pen. Stratégie de la logique du 21 avril bis : front républicain, Macron rafle la mise. Sauf que c’était en 2002, il y a 15 ans. Depuis, effet Brexit, Trump, montée des nationalismes, rien n’est moins sûr que l’électeur se laisse faire et ne choisisse pas Le Pen. Que les médias auront alors portée, systématiquement, méthodiquement, à la présidence.
    Qui parle de faire le jeu du FN ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le FN n'est pas un prurit dont on pourrait se débarrasser en le grattant en ignorant ses causes.
      Les cyniques qui le pensent passent à côté de quelque chose de plus grave.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.