mardi 28 mars 2017

Les encouragements viciés de Maxime Tandonnet




Maxime Tandonnet, à la fois haut fonctionnaire et blogueur engagé, constatant le tournant pris dans cette campagne, trouve soudainement des vertus à l'abstention, se montre compréhensif à l'égard de ces électeurs paresseux tentés d'aller à la pêche le 23 avril prochain. Il faut dire que François Fillon, son candidat naturel, voit ses perspectives de gagner le second tour se réduire chaque jour davantage. Et c'est tout naturellement que M.T. se raccroche à ce sondage qui dit que 38% des Français sont tentés de s’abstenir aux élections présidentielles, soit une participation de 62% alors qu’elle ne descend jamais à moins de 80% ou 90% d’habitude pour ce scrutin. 
Ah quelle idée merveilleuse ! Si seulement...
Si seulement la populace dégoûtée, fatiguée, désorientée, pouvait rester au lit ce jour là à cuver son pastis ! Ne surtout pas la déranger ! Une fois tous les cinq ans c'est déjà trop ! Ça pourrait lui donner des idées, des migraines.
Moi qui pensais que posséder une carte d'électeur était le summum de la démocratie...
Mais M.T. doit faire le calcul suivant : moins il y aura d'électeurs dans les bureaux de vote, plus il y aura de chances de repêchage pour les candidats que l'on pensait perdus, et plus particulièrement le sien, l'abstention ne profitant que rarement (même s'il se dit que c'est moins vrai depuis quelques scrutins) aux partis dits populistes. Forcément si le peuple ne se déplace pas...
Alors pour encourager les glorieux indécis qui passent sur son blog, il les flagorne, leur trouve tous les mérites :

Mais non, le bon sens français est le meilleur barrage. Je les admire de tenir droit dans la tourmente et de ne pas céder au néant du vote protestataire et extrémiste ne conduisant le pays qu’au chaos(...)

(...)Mais dans un tel contexte, les Français ont du mérite de se tenir droit debout et je suis fier d’être des leurs.

Et il est fier d'être des leurs, c'est comme ça qu'il les aime les Français : couchés !
Mais lui ? Va-t-il s'abstenir ou ira-t-il voter ? Il votera bien sûr ! Comme il convient à tout citoyen de le faire.
Car pour moi un électeur qui renonce à user de son droit de vote n'est plus rien, rien d'autre qu'un serf acceptant le suffrage censitaire, qui s'auto-mutile en refusant de se prononcer. Le vote blanc participe d’ailleurs du même principe. Cet homme là dès lors n'a plus droit à la parole, puisque dans les rares fois où on la lui donne il refuse de la prendre. Il se condamne de facto à subir, accepte ses chaînes, ne compte plus.
Votons à gauche, très à gauche, à droite, très à droite, (pas au centre quand même, faut pas déconner) mais votons : cette élection est la nôtre.

Autrefois il y avait un slogan bien connu :
Elections pièges à cons !
Aujourd'hui plus que jamais j'affirme le contraire :
Abstention piège à cons !


9 commentaires:

  1. Réponses
    1. (Je souscris moi aussi entièrement à ce qui a été dit !)

      Supprimer
    2. Disons-le encore une fois !

      Supprimer
  2. D'autant qu'on se demande qui n'est pas populiste dans cette élection, même si M. Tandonnet introduit une dichotomie abstraite entre Marine Le Pen, qui serait populiste, et les autres. Marine Le Pen serait la seule à flatter les bas instincts, à avoir des idées radicales... Ouais !

    (Tiens, Marine Le Pen est paraît-il à la fois très à droite et très à gauche.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Tiens, Marine Le Pen est paraît-il à la fois très à droite et très à gauche.)
      C'est tout son paradoxe et tout son charme.

      Supprimer
  3. Merci pour cet intéressant éclairage.
    J'avais jusqu'ici toujours évité le blog de Tandonnet, le trouvant ennuyeux et rébarbatif...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sous son dernier billet en commentaires je lui disais ma réprobation de cet encouragement à ne pas voter, de même je mettais en doute la fiabilité de ce sondage.
      Il ne les a pas publiés.

      Supprimer
    2. Il ne les a pas publiés.

      Ah si finalement...

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.