mardi 21 mars 2017

Un suspect de plus en plus crédible



Dans l'affaire "Théo" je livrais ici une piste qui sur le moment a pu apparaître à certains farfelue voire insultante pour ce jeune*, victime certifiée dès la première minute, et sans contestation possible, de violences policières. Ces violences devenues hélas récurrentes, quotidiennes, qui sont un fléau pour notre démocratie, altèrent notre vivre-ensemble, font passer le Chili de feu Pinochet pour un refuge accueillant pour tous les persécutés de la terre.
Or que lis-je dans le Parisien d'aujourd'hui ?
Ceci :

S'agissant du pantalon, son témoignage évolue aussi. La magistrate note qu'il porte ce jour-là un jogging très lâche, au point qu'il laisse largement voir le caleçon. «Sur la vidéo, fait- elle remarquer, on voit que vous marchez en approchant des lieux, vous remontez votre jogging, et que vous le portez très bas. Est-ce exact ?» «Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille», concède Théo. Et de poursuivre : «Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé.» «Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire, précise-t-il. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait.» Une certitude aujourd'hui : les policiers n'ont pas écarté volontairement le caleçon de Théo, ni arraché son jogging, ainsi que nous l'écrivions dès le 9 février.

Je concluais mon billet par ces mots :
 Mon hypothèse demande à être vérifiée car si elle devait s'avérer juste nous n'aurions plus un enfant pré-pubère victime de violences policières mais bien la victime consentante d'une mode aussi laide qu'absurde.

Il semblerait donc que ce qui n'était alors qu'une hypothèse se vérifie ces jours-ci.
Les jeunes un conseil : commencez par vous saper avec plus de goût et de respect pour votre personne, vous vous éviterez bien des problèmes (sauf bien sûr si vous avez fait du deal votre ordinaire...).

*Il se dit que depuis sa mésaventure, les carabins, toujours prompts à se poiler d'un rien, ne parlent plus de coloscopie mais de théoscopie...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.