mercredi 26 avril 2017

Le départ, l'arrivée, le séjour, le retour


Dans un peu plus de deux heures je serai loin. Dans mon bas Vivarais chéri j'oublierai la grande lessiveuse à recycler les Le Maire et autres Estrosi.
Finalement Sarkozy jadis avec son ouverture jouait petits bras, était dans l'expérimentation.  En Marche ! c'est le truc accompli, la machine grandeur nature à contourner les grognes populaires, à cocufier le votant.
Mais si en quinze jours le votant s'en apercevait, refusait d'aller faire sagement là où on lui dit de faire ?
Voilà qui serai nouveau et pour tout dire inespéré me direz-vous...

Un 26 avril quelque part en Bourgogne :


Valence : après un regrettable contretemps, j'ai pu enfin récupérer ma vieille mais brave voiture. Je me suis engagé sur l'A7 qui parcourt l'industrieuse vallée du Rhône puis, une petite centaine de kilomètres plus au sud, j'ai bifurqué sur la droite en direction du Teil. Vingt minutes plus tard apparaissaient enfin les douces collines tant désirées :





Vendredi 28.
Que serait une campagne présidentielle sans une petite piqûre de rappel des heures les plus sombres de notre histoire ?
La séquence bat son plein depuis ce matin.
Mais je m'aperçois que malgré mes espérances du début, je n'arrive pas à me détacher de ce grand moment d'agitation démocratique qu'est l'élection présidentielle.
C'est peut-être à cela que l'on reconnait un bon citoyen...

..................................................................................................................


Il a franchi le Rubicon. L'inverse aurait été incompréhensible. Il a mis fin à une incohérence qui lui faisait bégayer les mots de Marine Le Pen mais avec beaucoup moins de succès. Ça n'a l'air de rien mais c'est énorme : il est le premier d'une longue série à faire sécession de la doxa imposée, à rejoindre le grand parti d'opposition qu'est le Front National qui ressemble de plus en plus à un parti de gouvernement.


J' arriverai bien tard ce soir à Paris et me contenterai des miettes du débat. Mais depuis quelques heures je note que la charge anti-Marine L.P. s'intensifie. Je me demande quel impact cette indécente avalanche d'injonctions à voter Macron aura sur le résultat final. Pour l'heure cela ne m'inspire que du dégoût.







10 commentaires:

  1. Bon séjour, prenez bien l'air pur loin de divagations politiciennes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Lyon Saint-Exupéry deux minutes d'arrêt : il fait bien froid et bien gris sur le quai où je fume une cigarette...

      Supprimer
    2. Nous voilà quasiment voisins ! Couvrez-vous bien, ça va cailler tous ces prochains jours...

      Supprimer
    3. Un peu de pluie prévue dimanche mais sinon pas mal de soleil en principe.

      Supprimer
    4. Oui, en effet. Je viens d'aller vérifier sur Google,le Vivarais est dans l'Ardèche ce que j'ignorais !

      Supprimer
  2. Le Vivarais, le pays de la camisarde Marie Durand ? Alors il faut mettre en pratique la devise RESISTER gravée sur la margelle du puits de la Tour de Constance !
    Méjeanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pranles, on est là en haut Vivarais.

      Supprimer
    2. Génial le petit voyage. Merci pour les photos !

      Supprimer
  3. "Un bon citoyen" ou plutôt un tenancier de blog ? Bref, un webmaster avide de tout ce qui pourrait alimenter ses chroniques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bloguer est très anecdotique et la politique m'a toujours intéressé, bien avant qu'internet existe.
      Mais vous avez sans doute un peu raison Barbara.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.