3/16/2018

Il fut un temps...




C'est le commentaire d'un anonyme qui signe H.V, découvert ce matin sous le précédent billet, qui me laisse un goût amer. Le voici :
Il fut un temps où on trouvait de jolis textes sur ce blog...! C'était mieux avant.
H.V

A la lecture de cette courte phrase on est pris d'un sentiment ambigu : ainsi donc il est possible que des visiteurs aient trouvé quelques qualités à ce qui s'écrivait ici ? Le premier élan c'est d'en être flatté. Mais, très vite, ce premier élan est dépassé par un autre, plus durable et plus navrant : ainsi donc il est vrai que, comme je le pense de plus en plus, je me suis au fil des ans asséché, que les phrases et les images, les idées qui pétillaient en moi, ont déserté mon esprit appauvri.
Quoi qu'il en soit le constat de H V est bien réel, sans que je ne sache à quoi c'est dû. Je lui réponds avec un optimisme faux que ce bon temps reviendra peut-être, mais je sais bien au fond de moi que je me mens.
Il est loin le temps où je commençais à bloguer dans une excitation fertile, mon premier blog s'appelait alors "Du côté de chez Fredi" ou "Chez Fredi", je ne sais même plus. Dans une toquade dont je me suis fait une spécialité je l'ai bazardé un soir de déprime (passagère, rien ne saurait durer chez moi), et avec sa disparition sont parti quelques billets dont je n'avais pas à rougir comme "Votez Moudyz !", billet sur fond d'élections et d'agences de notation (Moody's , d’où le titre du billet), ou les états d'âme de trois potes déclassés qui s’intéressent plus à la prochaine course à Auteuil, au prochain apéro, qu'à la politique. Ce billet avait en son temps fait l'unanimité et je pense que c'était mérité. Il est définitivement perdu. Si le plus souvent on écrit des âneries, et si l'envie nous prend un soir d'en finir avec cette activité un peu ridicule qui consiste à bloguer, sans doute devrions nous être moins radical, virer ce qu'il convient de virer et sauver ce qui mérite de l'être. Je ne suis pas comme ça hélas.
Reste que je peux dire à HV que dans la colonne de droite de ce blog, se trouve le lien d'un autre blog que j'ai ouvert récemment (comme quoi...), "Rue des archives", que certains de ces textes qu'il (ou elle) a aimé s'y retrouvent.
En attendant que ça pétille de nouveau.

6 commentaires:

  1. Je vous trouve bien dur avec vous même, bien que je pense la même chose me concernant...

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressante analyse d'un blogueur et révélation du lien avec Rue des Archives !
    Personnellement j'avoue avoir été longtemps réticente à votre blog, en raison sans doute d'une sorte d'aversion psychologique primaire pour l'image d'accueil, laquelle fait plutôt cauchemarder qu'inviter à la lecture. Maintenant que je suis devenue une fan, je suis enchantée d'apprendre l'existence d'un deuxième blog !
    En ce qui me concerne, bien qu'étant l'auteur de plusieurs blogs je ne les ai jamais tenus simultanément. Pour ce qui est de la quantité de travail, vous êtes dans la catégorie champions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas ce que vous reprochez à cette photo : c'est celle d'un flamboyant coucher de soleil en Bas Vivarais.
      Dans Rue des archives j'ai sauvegardé quelques anciens billets, mais sa vocation est surtout de stocker les articles, débats d'idées et opinions de journalistes, de chroniqueurs philosophes ou autres qui me sembleront intéressants de conserver.

      Supprimer
  3. Le cerveau est un muscle et comme tous les muscles il se ramollit lorsqu'il n'est pas sollicité. Peut-être ne l'utilisez-vous pas suffisamment ou sans beaucoup de rigueur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien possible en effet que je me sois relâché.
      Plus assez de lectures par exemple.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.