jeudi, mars 08, 2018

Un bon placement




Mon fils, se souvenant que j'avais acheté lors de sa parution "Aristote au Mont Saint Michel", me demande si je peux le lui prêter. Evidemment que je le peux. Enfin c'est ce que je croyais.
"Aristote au Mont Saint Michel"  est un essai de Sylvain Gouguenheim paru en 2008 qui prend à contre-pied, en autres, l'idée d'une Andalousie fraternelle et tolérante, qui aurait été, selon le dogme, une sorte de laboratoire du vivre-ensemble avant l'heure durant l'occupation mahométane. Et c'est peu dire que sa thèse iconoclaste fit bondir les gardiens du temple de la doxa. On tomba sur Gouguenheim en criant au blasphème, au sacrilège, on prétendit qu'il n'était qu'un historien aigri et raté. Jack Lang failli en avaler son extrait de naissance. Tout juste si l'on n'exigea pas qu'il fut pendu en place publique pour outrage aux saintes écritures.
Quant aux mal-pensants dont je suis, ils burent un petit lait rehaussé de miel en parcourant ses pages.
Je me mis donc en quête du fameux livre mais, problème, impossible de remettre la main dessus. Qu'à cela ne tienne me dis-je, je vais aller le chiner d'occasion sur Internet.
Amis blogueurs qui passez par ici, si vous êtes les heureux possesseurs de cet ouvrage sulfureux, sachez qu'il ne se négocie pas aujourd'hui en dessous de 110&.

La vérité est toujours un bon placement.

Le 13/03/2018 :

Je découvre ça à l'instant :

On se souvient de la polémique qu’avait suscité le Aristote au Mont-Saint-Michel (Seuil, 2009) de Sylvain Gouguenheim, lequel malmenait l’idée d’une dépendance exclusive de l’Europe chrétienne au monde musulman pour la transmission du savoir grec.

On se souvient de la polémique qu’avait suscité le Aristote au Mont-Saint-Michel (Seuil, 2009) de Sylvain Gouguenheim, lequel malmenait l’idée d’une dépendance exclusive de l’Europe chrétienne au monde musulman pour la transmission du savoir grec. L’auteur a par ailleurs récidivé en publiant La Gloire des Grecs (Cerf, 2017) où sont présentés les liens culturels très forts entre Occident médiéval et monde byzantin héritier du monde gréco-romain. De manière paradoxale en effet, les temps médiévaux, volontairement noircis lorsqu’il s’agit d’évoquer l’Occident chrétien, sont au contraire embellis et fantasmés lorsqu’il est question du monde musulman, en l’occurrence de l’Espagne d’Al-Andalus, laquelle aurait été un univers précoce de « vivre ensemble » et de tolérance religieuse. Or, les travaux de l’universitaire espagnol Serafin Fanjul, récemment traduits en langue française (Al Andalus l’invention d’un mythe, L’Artilleur, 2017) viennent porter un coup décisif à cette propagande savamment entretenue, et ce jusqu’au cœur de la droite française, Laurent Wauquiez l’ayant reprise à son compte sur le plateau de L’Émission politique.

Ici.

12 commentaires:

  1. Oui, je me souviens de l'affaire. Personnellement je n'adhère pas aux thèses de l'auteur, plus féru de best-seller writing que d'histoire de l'Andalousie. Une littérature pléthorique ainsi qu'une épaisse documentation universitaire donnent une base solide à la version officielle de cette période.
    Sans parler du "Fou de Grenade" d'Aragon...

    RépondreSupprimer
  2. Ma mémoire m'a trahie : il s'agit du "Fou d'Elsa" d'Aragon, dont Wikipedia explique que :
    "Aujourd'hui, Le Fou d'Elsa reste un poème d'une extraordinaire actualité. Il développe un système de valeurs propice à la coexistence respectueuse et mutuellement enrichissante des civilisations."

    RépondreSupprimer
  3. "La vérité est toujours un bon placement."
    Bref, le petit scandale historico-littéraire a fait pschitt, et ils ont préféré ne pas rééditer l'ouvrage à perte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que sur la question il n'y a pas consensus comme le prouve un récent ouvrage dont j'ai oublié le nom.

      Supprimer
    2. http://resistancerepublicaine.eu/2017/10/27/cest-dans-le-figaro-al-andalus-est-un-mythe-lislam-des-lumieres-na-jamais-existe/

      Supprimer
    3. Il suffit de voyager et de contempler les architectures...

      Supprimer
  4. Fake news ! Demandez-vous dans ce cas à qui profite le crime. Et souvenez-vous qu'à l'époque l'Islam connaissait ses heures de gloire avec une civilisation à l'apogée à Constantinople (Istanbul), en Iran, etc... Il suffit de visiter les splendeurs bâties par les architectes musulmans de l'époque, le Palais des Sultans en Turquie, les palais en Iran et à Jaipur en Inde. La médecine, l'astronomie, etc. Ne pas oublier que ce sont les marchands arabes de l'époque qui nous ont fait parvenir les textes des anciens grecs...
    Rien à voir avec la dégénérescence de certains individus musulmans à notre époque, phénomène sans doute dû à la consanguinité dans les mariages !

    RépondreSupprimer
  5. Ne pas oublier que ce sont les marchands arabes de l'époque qui nous ont fait parvenir les textes des anciens grecs...

    C'est bien le contraire que tend à démontrer Gouguenheim

    RépondreSupprimer
  6. Je veux bien qu'il y ait eu plusieurs voies, c'est même plutôt normal dans un monde méditerranéen qui se rencontre et fait du commerce. Quant à Gouguenheim, je crains que son judaïsme ne soit plus vécu par lui comme une contrainte qu'un confort intellectuel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est avant tout un historien qui fait son travail sans considération de sa religion réelle ou supposée.

      Supprimer
  7. Envoyez-moi par mail privé votre adresse (ou directement celle de votre fils) : je vous expédie le livre de Gouguenheim et ça ne vous coûtera que le prix du colis de retour…

    (Sinon, le livre sur le mythe d'Al-Andalus est de l'historien espagnol Serafin Fanjul et il est remarquable. N'écoutez pas les sottises de Mme Schreyer sur le sujet. Sottises que je n'ai pas le temps de contrer ce matin.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup M. Goux, je retiens votre proposition. Il lui reste (à mon fils) un dernier espoir :la maison du Bas Vivarais où il sera prochainement.

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.