3/03/2018

ZAD urbaine




On croit connaître son quartier et puis...
Et puis un jour on franchit le portail de ce bâtiment devant lequel on est passé des millions de fois. Pourquoi ce jour-ci et pas un autre ?  Peut-être parce que l'état de délabrement des lieux ne nous y avait pas franchement encouragé jusqu'à là. Peut-être aussi qu'avec l’âge on est devenu moins curieux de sa ville, moins curieux tout court, et qu'aujourd'hui on a eu comme un retour de flamme, comme dans ces temps anciens où l'on forçait les mystères de Paris.
Passé la cour on est d'abord surpris de s'apercevoir que les lieux sont immenses, beaucoup plus qu'on ne l'imaginait, qu'une porte poussée débouche sur une rue, puis quelque chose qui ressemble à un quartier abandonné. Abandonné ? Il ne l'est pas tout à fait. Toute une population, mélange de clandos, d'anarchistes et d'éclopés de la vie, se partagent cet espace de près de quatre hectares, en ont fait, avec l'aval des autorités semble-t-il, une sorte de ZAD urbaine.
Mais quel est donc cet endroit dans lequel on vient de s'aventurer qui sent si fort la désolation ?
S'il y a bien une chose à laquelle je ne me suis jamais livré, c'est celle qui consiste à faire la cartographie, le recensement des hôpitaux parisiens. Pour l'heure, et le plus longtemps possible j'espère, les hôpitaux je préfère ne pas les calculer. Or c'est bien d'un ancien hôpital dont il s'agit : l'hôpital Saint Vincent de Paul destiné à devenir (quatre hectares tout de même) l'un des coins les plus "in" de la capitale, écolo-branché, mixité garantie sur facture, clubs de sport et restaurants végan en bas de chez vous. Vers 2023.
Les travaux démarreront quand on aura évacué la ZAD.





8 commentaires:

  1. Saint Vincent de Paul, je me souviens y être allée quand j'habitais rue Boyer Barret, au milieu d'un autre siècle,je ne savais pas que c'était devenu ça ! c'était pas non plus un grand modèle de belle architecture mais enfin, peut être qu'on aurait pu en faire quelque chose de pas trop moche, alors que le nouveau projet ne va certainement pas être autre chose qu'un délire d'architectes comme tout ce qu'on trouve maintenant dans la ville

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelque chose me dit que le nouveau quartier n'est pas pour demain...

      Supprimer
  2. Curieux, une ZAD sans squatters ?
    Petite boulette à corriger : Passé la cour. En effet quand le participe est placé avant le substantif, il devient neutre. Enfin, pour la règle grammaticale je l'énonce approximativement, mais à l'instinct j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben squatters ils le sont un peu d'une certaine façon, mais tolérés.
      Pour «passé» je vais corriger mais je ne suis pas sûr qu'il y a faute.

      Supprimer
    2. Moi j'en suis sûre ! Demandons à quelqu'un, Didier Goux par exemple...

      Supprimer
    3. S'il passe encore par ici...

      Supprimer
    4. Barbara a raison.

      Supprimer
    5. Ah...
      Ben merci l'anonyme !

      Supprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.