4/13/2018

Rue des Maléfices




Fiston m'a fait parvenir de sa retraite montagnarde et par colis postal, ce livre qu'il me recommandait (ainsi que M. Goux) chaudement.
Et je dois dire que je ne suis pas déçu. Sa lecture est tout bonnement jubilatoire.
L'extrait qui suit n'est sans doute pas le plus parlant, mais, parce qu'il entre en résonance avec les délires féministes voire eugénistes de l'époque, c'est celui que j'ai choisi pour vous :

Et voici les nouveaux, les insoupçonnés, les prophètes, les messies, les krishnas, les "ceux-qu'on-attendait-depuis-toujours". Il n'est pas un quartier qui ne s'enorgueillisse de son propre prédicateur. Montmartre a son "astronome public", qui, moyennant quarante-sous, vous montre, dans un télescope de marché aux puces, la Lune et ses escarres, et vous gratifie d'un couplet-prime : "Ambassadeur des Etoiles"...  au nom des milliards de milliards de mondes stellaires (ce qui n'est guère compromettant...) je proteste contre la guerre et j'apporte la solution... Auteuil a Baptiste le clochard, ancien combattant, de 14 bien sûr, qui décrète la très prochaine auto-extermination de l'humanité, et la conquête du monde par les chevaux, chevaux marins, chevaux terrestres, fantômes ressuscités de tous les chevaux de tous les temps tués dans toutes les batailles... A Grenelle divague Ben Derrer, par faveur spéciale en communication constante avec Mahomet. Un troisième sexe est né, à qui incombe désormais la tâche de perpétuer l'espèce. C'est, à partir de tout de suite, péché mortel que d'utiliser de façon normale les éléments d'humaine tuyauterie dont on peut disposer. L'avenir appartient aux chastes, aux onanistes, aux pédés et aux gouines. Et allez donc !

Rue des Maléfices
Jacques Yonnet

3 commentaires:

  1. Livre prémonitoire...Je ne l'ai pas encore lu, mais vous me mettez l'eau à la bouche, si je puis dire. Et je fais le faire très vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce passage en tout cas l'est, prémonitoire.
      Mais le plus intéressant dans ce livre, c'est que l'on y rencontre des personnages et une vie parisienne encore authentiquement populaires.
      Ils ont été progressivement remplacés par des zombies acculturés et des bobos.

      Supprimer
  2. A Grenelle divague Ben Derrer

    Tiens...
    On a le même aujourd'hui.
    Accusé de multiples viols il divague en prison.
    Mais il y en a tant d'autres en liberté des Ben Derrer...

    RépondreSupprimer

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.