4/06/2018

Six pieds en l'air


Pourquoi aimer Higelin ?
Peut-être pour cette chanson qui n'a rien à voir avec le bruit :

Doux, tout doucement
Vient l'exquise jouissance
Qui m'arrache l'échine
De son spasme brûlant.
Pâle, abandonné
A ma seule innocence,
Dernier râle d'amour,
Je prends du bon temps.


Doux, tout doucement
Voici l'aube qui point.
Doux, tout doucement
Le soleil fait un signe.
Il viendra tantôt
Me réchauffer les flancs
Noircir ce grand corps
Tout gonflé de vermines.


Doux, tout doucement
La corde me ronge.
Mon esprit tantôt
S'en va quitter mon corps.
Puis ma tête ira
se rafraîchir à l'ombre
au pied du gibet où je pends
Tristement


Cru cruellement
les corbeaux incrédules
vont me becqueter les yeux
bouffer mes ornements
se remplir la panse
de ma sombre infortune
gaver leurs petits
des restes du mourant


Doux, tout doucement
Je me balance
Tout abandonné
Aux caprices des vents.
Les yeux grands ouverts
Je sombre dans l'enfance
Quand elle me berçait
Dans ses bras, ma maman.


2 commentaires:

Chacun peut ici donner libre cours à sa fantaisie.
A condition toutefois de rester dans les bornes habituelles, largement connues de tous.